.
NewsNotesSite

Le conseil de classe des Gones (année 2020-2021)

Les rédacteurs de Planète Lyon ont attribué une note sur 10 à chaque élève pour l'ensemble de son année scolaire.

La fin d’année est arrivée, il est l’heure du conseil de classe pour les joueurs de l’Olympique lyonnais. Cette année scolaire s’étant une nouvelle fois mal terminée pour l’ensemble de la classe, Planète Lyon a donc eu la lourde charge de sanctionner les élèves perturbateurs. Malgré cela, certains ont réussi à tirer leur épingle du jeu, à l’image du petit Lucas au milieu de terrain. N’oublions pas que comme chaque année, les cartes seront redistribuées en septembre, en espérant pouvoir enfin assister à une année aboutie et réussie.

Anthony Lopes : 3.5/10

Anthony est passé à côté de son année scolaire. A sa décharge, de nombreux médias se sont acharnés sur le portier lyonnais, parfois de manières injustes. Cette pression a pesé sur lui tout au long de l’année scolaire, tout comme son nouvel environnement extrascolaire (son nouveau professeur particulier Christophe Revel ne l’a pas convaincu). Afin de ne pas remuer le couteau dans la plaie et de ne pas transformer cet article en roman nous ne listerons pas toutes les « boulettes » du Gone, et les points perdus en conséquence. Tout ceci aurait pu être effacé à la mi-temps du dernier examen, mais un plongeon étonnant sur le 2ème but niçois et un attentisme coupable sur le 3ème en ont décidé autrement. Toujours vif sur sa ligne et (trop !) volontaire dans ses sorties, il va devoir effectuer « un reset » et revoir sa copie l’année prochaine.

Julian Pollersbeck: 5/10

Dispensé par le professeur principal quasiment toute l’année (3 petits matchs cette saison en Coupe de France), il est difficile de juger le prometteur portier allemand. Sans réaliser de miracle, notons tout de même une séance de tirs au but remportée à mettre à son actif contre le Red Star lors du 8ème de finale. En ne jouant pas, l’ancien joueur d’Hambourg a réussi l’exploit d’avoir de meilleurs résultats que l’élève Lopes. Il correspond davantage au profil type du gardien moderne : grand gabarit (1m95), CALME et fort sur sa ligne. On ne demande donc qu’à en voir plus. Ne serait-il pas bénéfique, pour les deux gardiens, de démarrer l’année scolaire suivante sur la même ligne ?

Léo Dubois : 5/10

Fort d’un statut d’international, Léo se devait cette année de confirmer les belles promesses entrevues l’année précédente. Malheureusement le contrat ne fut qu’à moitié rempli : l’ancien Nantais (2 buts et 4 passes décisives) a alterné entre le bon, avec notamment la meilleure note de la classe contre Bordeaux grâce à un but exceptionnel, et le médiocre avec des prestations très discrètes en n’aidant pas vraiment ses camarades de l’attaque. Il parut par moments étonnamment emprunté. On espère donc que la colonie estivale pour laquelle il a été retenu va lui faire le plus grand bien en vue de la rentrée prochaine.

Mattia De Sciglio : 4/10

Il aura été le chouchou du professeur principal cette année : lors des deux premiers trimestres, qu’importe ses résultats scolaires (souvent médiocres) ou sa place dans la salle de classe, il fut très souvent de la partie. Arrivé d’un établissement prestigieux, la déception et l’incompréhension furent grandes pour un bon nombre de supporters. Mais au moment le plus inattendu, l’élève s’est quelque peu révélé au 3ème trimestre. Lors des dernières semaines, l’Italien a  fait preuve d’une solidité et d’un état d’esprit plutôt positif. Suffisant pour rester dans cette institution l’année prochaine ? Peut-être pas…

Marcelo : 6.5/10

Après ses déboires l’an dernier, il a été le bon élève défensif de la classe cette année. Rarement absent (34 matchs de ligue 1 disputés cette année), accrocheur et véritable meneur d’hommes, il a tenté (souvent en vain) d’insuffler un esprit conquérant à ses camarades. Du haut de ses 34 ans le rugueux Brésilien a néanmoins flanché en fin d’année, lorsque ses amis avaient le plus besoin de lui. L’idée qui consiste à penser qu’il représente le futur d’une institution en construction demeure une interrogation.

Jason Denayer : 5.5/10

Rien de transcendant cette année pour le petit Jason. Il dispose pourtant de capacités très au-dessus de la moyenne. Contrairement aux années précédentes, il n’a été ni tranchant défensivement, ni percutant lors de la première relance. Il n’a pas été épargné par les blessures lors du dernier trimestre, son retour précipité a peut-être joué sur ses résultats décevants. A l’inverse de son camarade Marcelo, il doit lui représenter le futur de l’institution. Comme pour Dubois, son été européen doit lui permettre de passer un cap. En résumé : peut (et doit) mieux faire !

Sinaly Diomandé : 6/10

Débarqué de nulle part chez les grands, il est devenu un élève influent dès sa première année. Un défenseur encore à façonner, mais les qualités sont là : athlétique et n’ayant pas peur de « porter la balle comme Beckenbauer » (d’après son professeur principal). Sans aucun doute le futur de la défense lyonnais. Avec l’aide de son camarade Jason, l’année scolaire prochaine doit être celle de l’explosion pour lui, à condition de continuer à travailler et écouter les grands. Encouragements.

Djamel Benlamri : 3/10

L’OL a réussi l’exploit de compter parmi ses élèves l’un des Algériens les moins techniques du championnat de France (attention tout de même à la concurrence de son compatriote en attaque). Un guerrier au comportement en classe toujours irréprochable certes, mais il manque tout de même énormément de qualités au défenseur central pour prétendre à une place de titulaire dans un établissement comme l’Olympique lyonnais. On ne l’a que très peu vu cette année (301 minutes), et la dernière image que l’on gardera de lui est celle du duel de la tête perdu amenant au but victorieux des Lillois, lors d’un examen pourtant capital. Nous l’encourageons à se réorienter, dans un établissement adapté à ses capacités.

Maxwel Cornet : 4.5/10

Bien qu’il ait été basculé au fond de la classe cette année, Maxwel a tout de même encore fait du Maxwel : des qualités physiques et de vitesse indéniables, mais un manque cruel de justesse dans son jeu avec notamment une qualité de centre rédhibitoire pour un ailier. L’Ivoirien a beaucoup joué (peut-être trop). Touché comme beaucoup de ses camarades par le syndrome des passes en retrait mal assurées, il a malgré tout fait preuve d’une envie intéressante. Gardant une côte élevée notamment en Allemagne où son potentiel est jugé important, Maxwel va probablement changer d’établissement dès cet été.

Melvin Bard : 5/10

Le jeune Melvin a fait preuve de courage et  de détermination lors de cette première année avec les grands. Il fut loin de faire partie des chouchous du professeur principal, bien que beaucoup d’observateurs auraient aimé le voir davantage. Avec sa soif d’apprendre, le Lyonnais dispose de bases solides, avec de grandes qualités techniques mais également une envie de mouiller le maillot qui fait plaisir à voir. Si le latéral réussit à gommer certains péchés de jeunesse et reste concentré durant 90 minutes, son avenir s’annonce radieux.

Lucas Paquetá : 8.5/10

Arrivé juste après le début des cours à la suite d’un cursus compliqué du côté de Milan, il a dû très vite s’intégrer pour être accepté par ses camarades. Le petit Lucas a fait bien plus que ça, il a porté la classe entière par son état d’esprit de guerrier et son exemplarité à tous les niveaux (10 buts et 6 passes décisives). On se demande encore comment l’élève Paqueta n’a pas réussi à performer au sein de son précédent établissement. Très à l’aise en cours de danse, il a mis à profit ses qualités artistiques au service de ses célébrations de but. Malgré une baisse de régime en fin d’année, ceci est de très bon augure pour la saison prochaine. Félicitations.

Thiago Mendes : 5.5/10

Après une première année scolaire 2019/2020 très en deçà des attentes, le Brésilien s’est enfin révélé en début d’année. Avec des copies propres et sans fioriture, il a permis à l’ensemble de la classe de se structurer. Malheureusement l’élève Thiago Mendes a perdu le fil de son année scolaire en cours de saison pour retomber dans ses travers. Bien moins investi en seconde partie d’année, l’élève est redevenu le milieu nonchalant et brouillon de l’année précédente. L’institution commence à perdre patience avec cet élément pour lequel elle avait énormément investi.

Bruno Guimarães : 5/10

A la suite d’une 1ère année d’adaptation raccourcie mais néanmoins prometteuse, Bruno a connu une grosse baisse de régime. Blessé au genou pendant plus de quatre mois, il a néanmoins serré les dents et a toujours tenu à participer aux cours avec assiduité. Son abnégation a été récompensé et lui a permis de signer un dernier trimestre d’assez bonne facture, en jouant les premiers rôles. Le talent est là, on attend encore de lui une progression significative la saison prochaine. A noter qu’il forme un duo inséparable dans la cours de récréation avec son ami Lucas, cela pourrait permettre à l’ensemble de leurs camarades d’élever leurs résultats. Encouragements.

Maxence Caqueret : 6.5/10

Après avoir performé en centre aéré cet été (prestations de grande classe au Final 8), le jeune Maxence a semblé se faire trop discret aux yeux de ses professeurs lorsque celui-ci levait le doigt. Toujours au CDI ou à la bibliothèque, il a redoublé d’efforts pour redevenir une tête de classe en fin d’année. Pour un professeur, c’est un véritable plaisir de voir à l’œuvre cet élève toujours concerné, jouant juste aussi bien en défense qu’en attaque. Nous voyons en lui le futur de l’établissement, et un futur délégué de classe. Encouragements.

Houssem Aouar : 5/10

Tout comme son camarade Maxence, Houssem s’est éclaté en colonie de vacances l’été dernier (notamment face à Manchester City en quarts de finale du Final 8). A tel point qu’il avait pour ambition d’intégrer un très grand établissement européen. En vain. Et alors qu’il devait montrer l’exemple au 1er rang pour finir de convaincre le gratin mondial, Houssem a vécu une année compliquée. Entre Covid et blessures, il a eu du mal à trouver son rythme de croisière et une fâcheuse tendance à choisir ses matières et se reposer sur ses acquis. Ses qualités sont connues de l’ensemble de ses professeurs, mais il doit absolument gagner en constance pour passer un palier, à l’institution OL ou ailleurs. Avertissement.

Memphis Depay : 8/10

Chouchou du proviseur, nommé délégué de classe par le professeur principal dès ses prises de fonctions, Memphis a réalisé une très belle dernière année statistique au sein de l’établissement Olympique lyonnais (20 buts, 12 passes décisives). Au cours de son passage à Lyon, il a également montré de réelles dispositions dans les matières “musique” et “dessin sur le corps”. Conscient de ses qualités, il devra gagner en humilité l’an prochain lorsqu’il rejoindra un établissement de niveau supérieur. Ses professeurs n’ont toujours pas compris pourquoi il se bouche les oreilles lorsqu’il réussit un devoir. Félicitations.

Karl Toko-Ekambi : 5/10

Auteur d’un très bon premier semestre, Karl formait alors un très beau trio de tête avec ses camarades Depay et Kadewere. Toujours très volontaire pour participer, il a malheureusement eu tendance à répondre à côté lorsqu’on lui donnait la parole, notamment lors du deuxième semestre (10 matchs sans marquer entre mars et mai 2021). Il a essayé de s’arracher sur le dernier devoir de l’année, mais c’était déjà trop tard. Avec plus de précision, les résultats s’amélioreront. 

Tino Kadewere : 6/10

Avec une douloureuse disparition familiale, l’intégration de Tino à l’OL aurait pu être très difficile. Cela n’a pas été le cas, il s’est rapidement montré motivé et inspiré lors du premier semestre (8 buts). Beaucoup moins performant lors du second, il a trop souvent demandé à se rendre à l’infirmerie. Le conseil de classe tient tout de même à saluer son très beau doublé face au rival stéphanois (5-0) en janvier 2021, signe d’une volonté manifeste d’appartenir à la famille Olympique lyonnais. Encouragements.

Islam Slimani : 5/10

Ayant séché la quasi totalité des cours lors de son Erasmus en Angleterre au premier semestre, Islam avait un besoin urgent de retrouver confiance et rythme. C’est le CPE Juninho en personne qui s’est proposé pour le récupérer et l’intégrer dans la classe de Rudi Garcia. Très volontaire, ses performances (3 buts, 1 passe décisive) n’ont malheureusement que trop peu pesé, dans un semestre où le relâchement de sa nouvelle classe était global. Islam doit profiter de l’été pour effectuer une belle préparation d’avant-saison et saisir la deuxième et dernière chance qui s’offre à lui l’an prochain.

Rayan Cherki : 6/10

Ne cessant de sauter des classes depuis le début de sa scolarité (premier joueur né en 2003 à avoir pris part à un match de L1 en 2019), Rayan est un modèle de précocité. Conscient de ses qualités, il doit se mettre plus au service du collectif, et ne pas compter uniquement sur sa capacité à dribbler. Il l’a par exemple très bien fait en fin d’année, lors d’un examen décisif à Monaco (3-2). S’il ne se montre pas trop impatient, il aura l’avenir radieux que l’ensemble du corps professoral lui prédit. Encouragements.

Pour les élèves suivants, leur fort taux d’absence a empêché le corps professoral d’attribuer des notes. Il a finalement été décidé de leur attribuer seulement une appréciation :

Moussa Dembélé : Insuffisant

Sûr de ses qualités, l’élève Moussa a préféré être prêté au sein d’une institution de plus grand standing en janvier, alors qu’il n’avait rendu que 16 copies (pour un seul but face à Reims) avec l’OL lors du premier semestre. Malheureusement pour lui, sa fracture au bras au mois de décembre et sa positivité en Covid-19 ne lui auront pas permis de montrer tout son potentiel au professeur Garcia. Bien qu’il ait été sacré champion d’Espagne en jouant seulement 95 minutes au total, il devrait donc retrouver ses anciens camarades l’année prochaine avec un sentiment de malaise des deux cotés. Avertissement.

Jean Lucas : Peut mieux faire

Également prêté depuis janvier du côté de Brest, où il a été victime d’un accident de la route, l’élève Jean Lucas a été quasiment transparent avec l’OL pour cette année scolaire 2020-2021. Avec seulement huit copies rendues, il a plus souvent été sur le banc (dix fois) que sur le terrain. Un carton jaune reçu face à Nîmes (0-0) et c’est tout ce qu’on a à dire de ses performances…). La grande concurrence à son poste aura été trop rude pour lui. Encore jeune du haut de ses 22 ans, il lui reste beaucoup à apprendre.

Cenk Özkacar : Alerte enlèvement

Absent toute l’année, Le défenseur central Turc de 20 ans a seulement rendu une copie lors du quart de finale de Coupe de France perdu face à Monaco (0-2). Il a toutefois été titulaire à deux reprises en National 2, sans briller davantage. Le jeune Turc devra se montrer plus à son avantage l’an prochain s’il veut rester dans un établissement comme le nôtre. 

Camilo : Redoublement

Tout comme son camarade Turc, le milieu de terrain Brésilien de 22 ans n’a pas arboré le maillot de l’OL en Ligue 1 cette saison. Il n’a pas eu la chance non plus de disputer quelques minutes en Coupe de France. C’est avec l’équipe réserve en National 2 qu’il aura fait ses premiers pas avec Lyon. Une défaite face à Andrézieux-Bouthéon (0-1) aura été le seul résultat de son année. Faute d’avoir les capacités pour faire partie de l’établissement OL, l’élève Camilo est retourné au Brésil, sûrement de manière définitive et pour le bien de tous. 

Florent Da Silva : Prometteur

En remplaçant son camarade Karl Toko-Ekambi à la 88e minute lors de la victoire face à Strasbourg (3-0), le milieu de terrain de la génération 2003 n’aura pas eu beaucoup de temps pour s’affirmer. Mais lors de ses déplacements et touches de balles, on a senti un élève plein de potentiel. Il a aussi été retenu dans le groupe professionnel pour quatre autres rencontres (Lens, Rennes, Angers et Lorient). On espère le voir davantage l’an prochain.

Malo Gusto, Yaya Soumaré et Habib Keita : A découvrir

Difficile de juger Malo Gusto, élève pourtant prometteur, qui n’aura eu la confiance de son professeur qu’à deux reprises… Entré dans le temps additionnel face à Saint-Étienne (0-5) et Lorient (4-1), son temps de jeu a été trop limité pour prouver l’étendue de son talent. Sa détermination est la seule qualité qu’il a pu montrer. A revoir l’an prochain.

Au fil de la saison, Yaya Soumaré a fait des apparitions çà et là dans la classe en faisant l’ascenseur entre l’équipe professionnelle et la réserve. Mais l’élève, âgé de 20 ans a tout de même rendu trois copies (contre Nantes à deux reprises et Lorient) pour sa première année dans le grand bain. Là aussi, le manque criant en temps de jeu est à déplorer pour un élève en soif d’apprendre. Il aura aussi été présent pour le succès face au Red Star en huitième de finale de la coupe de France (2-2 t.a.b 4-5) en remplaçant son camarade Bard à dix minutes de la fin.

Habib Keita est entré en jeu face à Lorient (4-1) dans le temps additionnel. L’élève malien de 19 ans est resté sur le banc face à Nîmes (2-5). Il n’a pu faire ses preuves avec la classe inférieure, en ayant été utilisé qu’une seule fois contre Andrézieux-Bouthéon (0-1).

Tom Bonnard, Guillaume Meiffren, Xavier Chabuet et Victor Levarlet

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page