.
News

Peter Bosz : « Ma philosophie du football est offensive et attractive »

Invité sur RMC ce mardi après-midi, Peter Bosz a livré sa première interview en français. Il s’est notamment exprimé sur sa philosophie du football.

Il en a dit davantage sur lui. Invité de l’émission Top Of The Foot sur RMC Sport ce mardi à 18h, le nouvel entraîneur de l’Olympique lyonnais Peter Bosz s’est exprimé sur plusieurs points essentiels. Actuellement en vacances, il effectuera son retour à Lyon à la fin du mois de juin. Le coach de 57 ans a notamment répondu sans équivoque aux questions posées par Rolland Corbis, qui a été son coach lorsque Bosz à joué au Sporting Club de Toulon de 1988 à 1991.

Par rapport au mercato estival :

« C’est trop tôt pour se prononcer là-dessus. Je suis en contact avec Juninho quasiment tous les jours. Ce n’est pas forcément facile avec le décalage horaire car je suis en vacances et il y a six heures de différence. On discute de beaucoup de choses qui sont importantes pour débuter le mieux que possible la saison. On parle des joueurs qui sont là, des joueurs qui étaient prêtés mais aussi de ceux qui doivent rejoindre Lyon. Pour être concret, il n’est pas encore temps de parler de ça. Je connais les joueurs et j’ai l’habitude de les noter à chaque fin de match. »

Par rapport à sa philosophie de jeu :

« Pendant 90 minutes, je veux des joueurs constants. C’est le plus difficile et c’est uniquement réservé aux grands clubs. La réussite commence toujours par une philosophie du football. La mienne repose sur la rage de vaincre et l’envie de gagner les matchs d’abord, mais aussi avec la manière de façon offensive et attractive. Le dispositif choisi n’a pas de rapport sur le résultat à mes yeux. La philosophie est offensive et attractive, c’est vraiment ce que je veux transmettre à mes futurs joueurs. Ça dépend de l’effectif à disposition et de la manière dont une équipe va jouer. »

Par rapport à sa vision du jeu :

« Si tu laisses le ballon à un joueur moyen beaucoup de temps, il sera très bon. En revanche, si tu presses constamment un joueur, il sera mauvais. Il ne faut pas donner énormément de temps à un joueur balle aux pieds. C’est pourquoi je veux un pressing offensif et ne pas donner beaucoup d’opportunités aux joueurs d’en face. »

Par rapport à la condition physique :

« C’est normal pour moi que les joueurs, qui sont tous professionnels, possèdent une bonne condition physique. Dans notre jeu, c’est différent pour une équipe qui sait bien défendre. Je vais mettre l’accent sur tous les petits sprints. Il faut récupérer le ballon très vite. C’est une autre condition lorsque tu joues seulement en contre attaque. »

Par rapport à l’importance de briser la barrière des langues :

« C’est normal de parler français lorsque tu entraînes l’Olympique lyonnais. Lorsque je jouais à Toulon il y a trente ans, j’avais appris à parler couramment le français au bout de six mois. C’est tout de suite plus professionnel et davantage crédible pour la communication avec les joueurs et les dirigeants. »

Par rapport aux antécédents des entraîneurs à l’OL :

« Je ne savais pas que ça avait été difficile avant moi. J’ignorais que mon prédécesseur avait eu des mots assez durs avec Juninho. La situation ne me déstabilise pas plus que ça. »

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page