.
AnalyseCoup de belinNewsSite

L’heure de poser son Paquetá sur la table

Si l’OL vient d’enchaîner un deuxième succès de rang à Nantes (1-2),  pour le compte de la 33ème journée de Ligue 1 Uber Eats, il le doit beaucoup à son génial milieu de terrain brésilien Lucas Paquetá (23 ans). Repositionné en numéro 10 dans le 4-2-3-1 que Rudi Garcia a installé depuis quelques matchs, l’ancien joueur du Milan AC, qui s’est notamment signalé par ses capacités défensives en début de saison, prouve qu’il peut se montrer très à l’aise dans les trente derniers mètres.

Alors que l’OL est à la recherche d’un nouveau leader technique et mental pour compenser le très probable départ de Memphis Depay (27 ans) à l’issue de la saison, l’international Brésilien (13 sélections) fait figure de candidat crédible. Il dispose en tous les cas d’une occasion en or pour le démontrer, avec l’enchaînement infernal qui attend l’OL lors des quinze prochains jours : réception de Monaco mercredi (quart de finale de la Coupe de France), réception de Lille en championnat dimanche prochain et déplacement à Monaco (Ligue 1) le dimanche suivant. Plus que jamais, il est l’heure de poser son Paquetá sur la table !

Toujours plus haut

A l’heure de faire le bilan de la première saison lyonnaise de Lucas Paquetá, le premier élément qui ressort est sa polyvalence au milieu de terrain. Lors de la première partie de saison, c’est en se montrant performant au poste de relayeur que le Brésilien a commencé à convaincre les supporters. Beaucoup auront forcément en tête sa prestation majuscule à Paris (1-0) mi-décembre 2020. « Pourquoi l’AC Milan a laissé filer Paqueta ? (…) On ne peut pas savoir, mais en tout cas c’est un sacré beau joueur parce qu’il allie une grosse activité avec une finesse technique assez étonnante. Lui il a largement le niveau pour jouer dans le camp d’en face (PSG, ndlr) » s’emballait même le consultant Pierre Ménès, lors d’un Pierrot Face Cam enregistré après ce match.

« Je suis impressionné par la faculté qu’il a à gratter le ballon dans les pieds. Ce n’est pas évident pour tout le monde. Il a aussi la faculté de garder le ballon sous pression. On l’a vu plusieurs fois jouer avec son corps, sa puissance. Il casse aussi des lignes. Il joue vers l’avant. A terme, il marquera des buts aussi. C’est un joueur très complet. S’il y a un joueur à cocher pour Rudi Garcia et faire son équipe, c’est lui. Ensuite, il fait l’équipe autour de ce joueur. C’est une révélation » félicitait de son côté l’ancien joueur de l’OL Yohan Gomez dans l’émission Tant qu’il y aura des Gones.

Venu avec l’étiquette de “nouveau Kaká”, c’est plutôt le “nouveau Gattuso” que Rudi Garcia semble avoir récupéré au sein de son effectif… Même si à l’époque, ce dernier indiquait en conférence de presse qu’il aimerait voir son milieu se montrer plus tueur : « Il a un formidable talent mais au-delà de ce talent et de cette capacité à jouer à une touche et toujours vers l’avant, il travaille beaucoup pour l’équipe. Tout le mérite revient à Juninho. Comment progresser ? Je pense qu’il doit être plus décisif en termes de buts et de passes décisives. Avec sa grosse frappe, il doit plus tenter sa chance ». Le 23 décembre 2020, il ouvre enfin son compteur face à Nantes (3-0) et ne peut cacher sa joie au micro d’OL TV : « Je suis très heureux ce soir. Je ne peux même pas trouver les mots pour décrire ma joie. J’avais hâte de marquer mon premier but, j’étais en attente.» Le Brésilien n’est pas pour autant rassasié.

Depuis qu’il a ouvert son compteur, Lucas Paquetá a bien enchaîné en inscrivant pas moins de cinq buts en championnat face à Montpellier (1-2), Brest (3-2), Dijon (1-0), Lens (1-1), Angers (3-0). Autrement dit, rien que par ses buts, le milieu de terrain lyonnais est directement impliqué dans la récolte d’au moins 10 points sur les 67 dont disposent l’OL à ce jour. Si vous ajoutez à ces performances, son but inscrit en Coupe de France face au Red Star (2-2, victoire de l’OL 5-4 aux TAB) en début de mois, son gain en efficacité offensive devient une évidence. Bien conscient de cette évolution et faisant face à une crise d’efficacité de ses attaquants ces dernières semaines, Rudi Garcia va opter pour un changement de ce système (passage en 4-2-3-1) et un repositionnement du Brésilien : après avoir découvert le Paquetá relayeur, voici le Paquetá meneur.

Meneur au service du collectif

Ce changement de poste a été rendu effectif lors de ce match de Coupe de France face au Red Star justement. Placé devant ses compatriotes Thiago Mendes et Bruno Guimarães, et juste derrière Memphis, Paquetá se voit confier les clés du jeu par son entraîneur. Auteur d’un but, d’une passe décisive et de plusieurs gestes de classe, le Brésilien surnage au milieu d’un OL qui rencontre toutes les difficultés du monde pour se défaire du club de National. Si ce repositionnement de son joueur n’est pas entériné, ce match aura au moins permis à Rudi Garcia de constater qu’il existe des alternatives à son inébranlable 4-3-3, installé en début de saison pour exploiter au maximum les flèches que sont Toko-Ekambi et Kadewere.

Constatant une nouvelle fois, sur la pelouse de Lens (1-1), l’essoufflement de son schéma initial, l’entraîneur de l’OL ressort de ce troisième match de championnat consécutif sans victoire avec une certitude : après Memphis, Lucas Paquetá est son deuxième joueur-clé. Il devient donc primordial de les rapprocher sur le terrain, afin que l’Olympique lyonnais retrouve son efficacité.

« Ce système de jeu est intéressant parce qu’il met Lucas Paqueta proche des attaquants et proche du but ». Pas peu fier de sa nouveauté tactique, Rudi Garcia a la mine des bons jours. Alors que son OL courrait après la victoire depuis trois matchs, ses joueurs viennent de se relancer face à Angers (3-0). Plus que le résultat, c’est la connexion technique entre Memphis et Paquetá que les observateurs retiennent. Sur le premier but, le Néerlandais sert parfaitement le Brésilien qui se manque face au gardien angevin, mais le ballon est bien suivi par Depay. Sur le troisième, c’est l’ancien joueur du Milan AC qui offre un caviar au joueur en fin de contrat, qui ne se fait pas prier pour conclure l’action par un modèle de lob. Entre-temps, Paquetá a pu signer son troisième but en huit jours et confirmer tous les espoirs placés en lui à ce poste de numéro 10.

Hier face à Nantes, le Brésilien était à nouveau meneur de jeu et ce fut encore une fois un régal. Passeur décisif sur l’ouverture du score de Depay, il est également à l’origine de la passe en direction de Toko-Ekambi, qui a permis l’obtention d’un penalty transformé par Depay. Aussi provoqué par la blessure de Kadewere, ce repositionnement du Brésilien fait un bien fou à l’OL dans le sprint final, mais également à Depay qui trouve en Paquetá un joueur capable de lui distiller les ballons comme il le souhaite, et avec qui il peut combiner. C’est derrière ce duo que les supporters de l’OL doivent se mobiliser lors des quinze prochains jours.

Épauler Memphis avant de lui succéder ?

Monaco, Lille et Monaco. D’ici quinze jours, on en saura beaucoup plus sur ce que l’on peut réellement espérer de cet OL 2020-2021. Entre la Coupe de France et le championnat, Lyon va enchaîner trois matchs face à deux concurrents pour une place en Ligue des Champions la saison prochaine. Dans ce sprint final, force est de constater que les hommes forts des trois équipes concurrentes de l’OL sont au rendez-vous : Mike Maignan et Burak Yilmaz pour Lille, Kylian Mbappé pour Paris, Wissam Ben Yedder à Monaco. Il apparaît alors comme évident que les Lyonnais ne réentendront pas l’hymne de la C1 résonner au Groupama Stadium, sans de grandes performances de ses deux fantastiques.

Nommé capitaine par Garcia un mois après sa prise de poste, et (auto-)désigné leader technique et mental du vestiaire, Memphis Depay vit sa meilleure saison sous les couleurs de l’OL (18 buts et 9 pd en Ligue 1). Pourtant, il devrait s’agir de la dernière, le Néerlandais ayant repoussé toutes les propositions de prolongation émises par Jean-Michel Aulas. Sauf retournement de situation, l’OL sera donc orphelin de son facteur X la saison prochaine.

De son côté, Lucas Paquetá a 99.99% de chances d’être lyonnais l’an prochain, tant il revit entre Rhône et Saône, après un passage pour le moins mitigé du côté du Milan AC. « À Milan, quand j’ai connu des difficultés, je me suis mis la pression tout seul. Parce que parfois, je regardais qui parlait sur moi en dehors du vestiaire. J’ai fini par tout prendre à cœur. J’entendais : ‘Ah, tu dois marquer plus de buts, tu dois être plus décisif’. Ça a fini par me perturber un peu. Ça m’a servi d’apprentissage parce que maintenant, je me sens plus libéré. Ce qui se dit sur moi ne m’atteint pas. Je sais ce que je dois faire. Les choses se déroulent naturellement. Je suis plus heureux à Lyon. Ce que j’ai vécu à Milan a fait de moi un meilleur joueur. Ici, je me suis fait des amis, ce que je n’avais pas à Milan malheureusement. Ça fait une différence parce que c’est la façon d’être du Brésilien. Ça c’est Paquetá, c’est le même que le Paquetá de Flamengo. Et c’est qui je suis. Je suis très heureux d’être à Lyon, de faire un bon travail. J’espère continuer comme ça pendant plusieurs années » confiait-il au Canal Football Club fin mars.

Bien dans ses baskets et performant sur les terrains, Lucas Paquetá a tous les atouts pour prendre la succession de Memphis Depay en termes de leadership. Petite précision tout de même : ce n’est pas le “nouveau Kaká” que les supporters lyonnais voient en Paquetá, mais le fils spirituel de Juninho.

Crédit photo : Damien LG

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !