.
AnalyseCoup de belinSite

Tout, tout pour mon Cherki

Les supporters lyonnais avaient forcément la banane devant leurs écrans. En plus de la belle victoire obtenue samedi face au FC Sochaux-Montbéliard (5-2) en seizièmes de finale de la Coupe de France, les suiveurs de l’OL ont pu se délecter des exploits d’un prodige dont certains appellent même à la titularisation depuis plusieurs mois : Rayan Cherki (17 ans). Buteur des deux pieds ce week-end, le Baby Gone continue d’exploser les records de précocité.

Avec six buts en compétitions officielles, il est devenu le plus jeune joueur de l’histoire de l’OL a affiché de pareilles statistiques (le record était détenu par Fleury Di Nallo qui avait attendu ses 18 ans et 139 jours pour afficher le même niveau de performances). Pourtant, Rudi Garcia utilise le numéro 18 avec parcimonie cette saison. Sans chercher à freiner sa progression, l’entraîneur lyonnais a fait le choix de préserver sa pépite, notamment en championnat (seulement 3 titularisations). Mais avec les changements estivaux qui s’annoncent du côté de l’Olympique lyonnais, l’heure de Cherki n’a jamais été aussi imminente…

Rayan le surdoué

« La première fois que je l’ai vu, il avait six ans et il savait déjà tout faire. Son frère jouait avec les U12, lui était sur le côté avec un ballon, en train de jongler sur la piste d’athlétisme. Je me suis adressé aux gens qui étaient autour de la main courante pour savoir à qui était ce gamin-là. » Un homme lève la main. « C’est mon Gone ! » , s’exclame Fabio Cherki, père de. « Amène-le moi mercredi ». Lorsque So Foot l’interroge en novembre 2019, Roger Martinez (éducateur à l’AS Saint-Priest) se souvient de cette rentrée de septembre 2009 dans les moindres détails. Même s’il a eu à former des centaines de gamins tout au long de sa carrière, Martinez semble avoir été particulièrement marqué par la découverte du Franco-Algérien : « C’est un génie. Un gamin de 6 ans qui ne fait pas tomber le ballon par terre, pied droit, pied gauche, incroyable. Il est né comme ça. Je n’avais rien à lui apprendre. Il savait dribbler, frapper des deux pieds. J’essayais de lui expliquer : Rayan, tu élimines, tu donnes ton ballon. Mais il savait tout faire » racontait-il au Parisien en octobre 2019. Disposant de scouts quadrillant méthodiquement la région Auvergne Rhône-Alpes, il ne faudra qu’une année pour que Cherki soit repéré par les radars du club phare de la région : le petit Rayan rejoint l’OL alors qu’il n’a que 7 ans.

Au sein du club de Jean-Michel Aulas, l’évidence qui avait frappé Martinez quelques mois plus tôt, semble faire le même effet sur les éducateurs de l’OL. « C’est un dribbleur hors normes, avec un bagage de feintes exceptionnel. Il y en a beaucoup qui font des feintes à l’entraînement, lui il les réussit en match », résumait dans Le Parisien Jean-Baptiste Grégoire, l’un de ses entraîneurs à Lyon à 12-13 ans. Trop fort pour les joueurs de sa classe d’âge, Rayan Cherki est régulièrement surclassé, même si ses éducateurs surveillent l’évolution de la taille de son melon. « L’idée, c’est que chaque saison, il fasse d’abord ses preuves dans sa catégorie d’âge à lui, avant de passer au-dessus. C’est une manière de le ramener à la réalité à chaque fois. Mais il finissait toujours par monter d’une ou deux catégories. » expliquait à So Foot Amaury Barlet, actuel directeur du pôle U17 de l’OL. Mais peu importe l’âge de ses adversaires, les dirigeants du centre de formation lyonnais ne laissent rien passer à Cherki, pour qu’il puisse se développer mentalement également : « On l’a mis dans des situations de frustration pour lui faire comprendre qu’il allait vivre ce genre de choses plus tard et qu’il puisse savoir comment les gérer sur le plan mental. S’il n’avait pas été bon à l’école, on ne le faisait tout simplement pas jouer. La partie mentale et cognitive a été notre angle majeur. » soulignait Jean-François Vulliez, actuel patron de l’OL Academy.

A l’été 2019, alors que Cherki s’apprête à souffler ses 16 bougies, sa situation contractuelle à Lyon devient subitement problématique. Alors que l’accord de non-sollicitation signé avec l’OL prend fin, les plus grands clubs d’Europe se manifestent auprès de l’entourage du natif de Lyon (Manchester United avait même fait affréter un avion pour le rapatrier en Angleterre, afin de lui faire signer un premier contrat professionnel chez eux) Finalement, son attachement à la ville couplé à l’arrivée de Juninho en tant que directeur sportif vont définitivement faire pencher la balance : « Je suis très heureux de signer mon premier contrat professionnel dans mon club formateur. C’est l’aboutissement de nombreuses années de travail. Maintenant, le plus dur commence. Il va falloir beaucoup travailler pour progresser. L’arrivée de Juninho a aussi fait pencher la balance. Je regardais des vidéos de ses coup-francs quand j’étais petit et aujourd’hui je vais pouvoir le côtoyer. » s’enthousiasmait le Baby Gone sur le site du club. La conquête de la France du foot peut alors commencer pour Rayan.

Le fragile équilibre patience-progression

Samedi 18 janvier 2020, Stade de la Beaujoire. Pour ce seizième de finale de Coupe de France (décidément), l’OL se déplace à Nantes. Au cours d’un match disputé et prolifique (4-3), les Canaris voient les Lyonnais l’emporter grâce à la “masterclass” d’un gamin qu’ils n’avaient jamais pu voir à l’œuvre jusqu’alors : avec deux buts, une passe décisive et un penalty provoqué, Cherki signe un chef d’œuvre pour sa troisième titularisation avec les pros. « «Il est à l’écoute, c’est quelqu’un qui aime le foot, qui regarde les matches, il ne rechigne pas au travail. Il faut continuer à marteler que s’il travaille beaucoup avec et sans ballon il ira beaucoup plus loin que s’il ne fait appel qu’à son talent. Il est formé physiquement mais il n’a que 16 ans et demi, c’est encore un gamin. Le talent ne suffit pas pour aller le plus haut possible, il faut qu’il ferme ses écoutilles, qu’il n’entende pas ce qui se dit autour de lui, qu’il est le plus beau et le plus fort. Car parfois ceux qui les flattent ne sont pas ceux qui les amèneront le plus haut. Je lutte contre ça» tempérait Rudi Garcia, alors coach de l’OL en conférence de presse un mois plus tard. 

Depuis ce match à Nantes, la gestion par Garcia du phénomène Cherki n’a pas bougé ou presque. Alors qu’il n’a été présent au coup d’envoi qu’à 4 reprises la saison dernière, le plus jeune buteur de l’histoire de la Youth League (15 ans et 33 jours) n’a été titularisé qu’à 5 reprises cette année en comptant le match de samedi. « Sincèrement c’est ça le plus compliqué (ne pas être titulaire plus souvent, ndlr), de me dire que je peux jouer… alors que des fois peut-être que je me trompe. Être patient, c’est une des grandes qualités des grands joueurs. Attendre d’être prêt. J’étais quelqu’un d’impatient, je voulais jouer tous les matches, même fatigué. J’ai appris à gérer ça pendant ma formation. C’est une de mes forces.» se racontait Cherki en conférence de presse avant le match de Coupe de France de samedi dernier. Si son nombre de titularisations n’a guère bougé, soulignons tout de même que Rudi Garcia le fait beaucoup plus entrer en jeu (16 fois cette saison contre 8 la saison dernière), comptant sur sa fraîcheur et son dynamisme pour faire plier des défenses ayant déjà dû se coltiner Depay et consorts au préalable.

Si le coach rhodanien n’a jamais cherché à contredire les plus dithyrambiques sur les qualités offensives de Cherki, il a tout de même repéré chez le jeune prodige des axes d’amélioration. « Quand il s’agit d’attaquer, de marquer des buts ou d’être décisif on peut compter sur lui. Il doit continuer à travailler son replacement, son placement et sa générosité défensive pour l’équipe. Il doit donner plus de garanties au coach de pouvoir le faire jouer dans toutes les situations de jeu que l’on mène ou pas, que ce soit un nul, que ce soit à l’extérieur ou que l’on soit à dix ou pas. Je n’oublie pas qu’il n’a que 17 ans et qu’il a encore des choses à améliorer. » lâchait Garcia en conférence de presse en novembre 2020. Une seule solution : le travail. Et ça, le milieu offensif de l’OL en a bien conscience : « Je pense qu’on ne va pas se mentir, je sais que j’ai un peu de talent, mais si je veux devenir un grand, il faut que je bosse plus que tout le monde. Le talent c’est une chose, mais le travail c’est plus important. C’est ancré en moi depuis petit. J’aime travailler, faire plus que les autres, ce n’est pas nouveau. » Une fois ces progrès effectifs, la fusée Cherki n’aura plus qu’à décoller.

2022 : l’année Cherki ?

« Quand le coach va réellement me donner ma chance, ce sera à moi de lui montrer que je peux apporter quelque chose en plus en fin de saison. Il me fait (déjà) confiance, mais je vais gratter ce qu’il y a à gratter et quand il me fera encore plus confiance, quand j’aurai plus de temps de jeu, je pourrai dire qu’il me fait totalement confiance. Le titre, on y pense tous, mais comme je le dis, on prend match après match. Chaque match est une finale, on fera les comptes à la fin de saison. ». Toujours partant pour brûler les étapes vers les sommets, Rayan Cherki se verrait bien jouer un rôle dans la course au titre, en disputant un maximum de matchs parmi les dix qui nous séparent de la fin du championnat. Mais c’est surtout la saison prochaine, pendant laquelle il va atteindre la majorité légale, que l’on peut s’attendre à voir l’explosion définitive du phénomène.

Sauf retournement de situation, Memphis Depay va quitter le club libre cet été, et l’OL va se mettre en quête d’un nouveau leader technique. Si ces dernières semaines la rumeur Benzema (33 ans) revient avec insistance, elle ne représente pas une solution d’avenir. En revanche, compte tenu du fait que le numéro 9 du Real Madrid se verrait bien jouer un rôle de grand-frère à l’Olympique lyonnais, on pourrait tout à fait l’imaginer prendre Cherki sous son aile et lui montrer la route qui mène au top niveau.

En cas d’explosion la saison prochaine, votre serviteur oserait même rêver d’une sélection, in extremis, du petit Cherki parmi les 23 de Deschamps qui iront disputer la Coupe du Monde au Qatar (novembre-décembre 2022). Vous pensez qu’on en fait trop ? Pour information, Kylian Mbappé n’avait que 18 ans et 3 mois lorsqu’il a honoré sa première sélection face au Luxembourg (3-1) en mars 2017.

Crédit photo : Damien LG

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !