.
AnalyseSite

Antho noir

Cruel. Alors que ses coéquipiers poussaient pour venir à bout des Montpelliérains au Groupama Stadium (25ème journée, 1-2), Anthony Lopes (30 ans) s’est troué. Si les erreurs ne peuvent pas ne pas exister au poste de gardien, elles deviennent problématiques lorsqu’elles se répètent et coûtent de précieux points dans une course au titre. Le facteur mental semble être le principal problème du portier portugais. Le peuple lyonnais est appelé à faire bloc derrière son super gardien, car il n’y aura de toute façon pas de fin de saison heureuse sans un grand Lopes.

En-deçà de ses standards

« Greg était un ancien grand gardien et savait comment on ressentait les choses. Son nouvel entraîneur qui est peut-être excellent n’a pas ce vécu du très haut niveau. Donc si Lopes travaille quelque chose et que ça ne marche pas, il faut vraiment trouver les bons mots car ses conseils perdent alors de leur crédibilité. Le gardien se dit : « on me demande de faire ça mais le résultat n’est pas au rendez-vous…» ça peut faire douter. » Si, dans l’Équipe, Lionel Charbonnier avançait la thèse de l’entraîneur des gardiens sans expérience au plus haut niveau, c’est parce que les performances d’Anthony Lopes posent questions cette saison. Récemment, le gardien de l’OL a été directement impliqué dans la perte d’au moins cinq points (Brest, Metz et Montpellier). Soulignons d’ailleurs que toutes ces bévues se sont déroulées à domicile. Drôle de coïncidence pour ce Bad Gone qui aurait plus que jamais besoin de ses potes du virage pour l’encourager, mais qui sont toujours privés de stade pour des raisons pandémiques.

De manière plus générale, le natif de Givors n’affiche plus la régularité qui a fait sa force ces dernières années. Avec 72.1% d’arrêts effectués, le portier lyonnais n’arrive qu’à la sixième place des gardiens de L1. Cette sous-performance est encore plus évidente lorsqu’on constate que les deux premières places de ce même classement sont occupées par Keylor Navas (PSG, 84%) et Mike Maignan (Lille, 77.6%)… « Quand tu joues le titre, tu ne dois pas coûter de points à ton équipe, tu dois en prendre entre 7 et 12 par saison. C’est ça le standard international. » soulignait Charbonnier, toujours dans l’Équipe.

Pour analyser ce déclin soudain, la plupart des consultants s’accordent sur un événement : le match à Angers à la fin du mois de novembre 2020.

Romain Thomas, le tournant

22 novembre 2020, stade Raymond Kopa. Nous jouons les premiers instants du match lorsque les Angevins s’apprêtent à tirer un corner. Une fois le ballon dans les airs, Antho Lopes cherche à faire ce que font tous les gardiens : s’élever pour capter le ballon avant qu’il atterrisse sur une tête angevine. Pour pouvoir sauter plus haut que tout le monde, le portier lyonnais n’hésite pas à se protéger en sautant genou droit en avant. Il percute alors Romain Thomas dans le dos qui s’effondre et hurle sa douleur. Si l’arbitre Amaury Delerue décide de ne pas sanctionner l’international portugais sur le pré, ce dernier refuse de laisser la polémique enfler, alors que RMC décide de confronter les deux protagonistes : « Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? J’ai les yeux rivés sur le ballon et le seul moyen de protection que j’ai quand je suis en l’air, c’est le genou levé. C’est ce qu’on m’a appris depuis que j’ai 5 ans. Ce n’est pas pour faire mal mais pour me protéger, car un gardien est ultra-vulnérable en l’air. Ce geste-là est maîtrisé. » explique Lopes alors que Thomas n’avait manifestement pas décoléré.

Mais malgré les apparences, le gardien de l’OL est touché par cette nouvelle polémique, qui vient mettre du grain à moudre à sa réputation de bad boy (sortie sur Mbappe et bagarre au Vélodrome en 2018…). Surtout que dans l’espace public, on ne le lâche pas : « C’est fou ! Sur les corners les gardiens sont ultra protégés, tu pars ils s’écroulent, par contre à l’inverse il y a ‘walou’ (sic) ? Attendons qu’Anthony Lopes crève un joueur pour sévir son cas ? Anthony, tu peux en défoncer 1 mais pas 15. Bon ok, peut-être 2 mais pas 15 ! Il n’empêche que je trouve ce gardien très bon mais là c’est trop dangereux pour ne pas le mentionner » se permettait Adil Rami en story sur son Instagram, après une autre sortie musclée face à Metz (0-1) il y a un mois.

« Lopes, dangereux ou victime de sa réputation ? On ne peut pas décorréler les deux. C’est ça le problème. S’il y a réputation, c’est qu’il a eu des gestes que d’autres gardiens n’ont pas. Le point noir pour Lopes, c’est qu’il coûte des points à son équipe. » analysait de son côté Jérôme Alonzo sur la Chaîne l’Equipe à la fin du mois de janvier. Mais s’il compte assez peu de soutiens parmi ses adversaires, nombreux parmi ceux qui l’ont côtoyé défendent le style Lopes.

Lyon a besoin d’un grand Lopes

« Le problème aujourd’hui, c’est que dès qu’il fait une sortie, c’est aussitôt interprété. Les joueurs et entraîneurs adverses appuient sur ça pour obtenir une faute, sous prétexte qu’il a un passif. Désormais, il est mis dans une case et tout le monde essaye de lui mettre la pression. Il ne faudrait pas que ça dénature son jeu et remette en question ses qualités, c’est-à-dire sa vivacité et sa capacité à aller au-devant du danger. » prévenait son ancien coéquipier Rémy Vercoutre dans un entretien accordé au Progrès. Et il y a un peu de cela lorsqu’on analyse les dernières erreurs de Lopes. Plus qu’un problème de qualités techniques, les manquements du portier lyonnais semblent liés à une tendance à vouloir surjouer. Comme s’il cherchait à compenser sa mauvaise réputation. « Pour moi, il en fait toujours un peu trop. C’est récurrent chez lui de surjouer. Il gagnerait à être plus sobre en vieillissant. Il n’a rien à prouver à personne. Je pensais qu’il se calmerait en prenant de l’âge » le conseillait Charbonnier, toujours dans l’Équipe.

« Je connais très bien Anthony, cela ne correspond pas à la réalité du joueur et de l’homme. Nous faisons tout au club pour qu’il ne soit pas perturbé. Nous le soutenons tous, mais je pense que cela peut influer sur ses performances, mais aussi sur les décisions arbitrales ». Déjà soutenu publiquement par Juninho après sa sortie ratée face au FC Metz, Lopes sait qu’il compte au club de fervents partisans. L’ensemble du board lyonnais a bien en tête qu’une fin de saison heureuse passera également par de belles performances de l’international aux 10 sélections. « Il reste un très bon gardien et ça peut arriver de faire des boulettes. Le truc, c’est de se remettre en question tout de suite et de faire un très bon match. Je pense qu’il en a les capacités. C’est un gardien qui est bon à l’OL depuis pas mal de temps. C’est important d’avoir un bon Anthony Lopes pour la fin de saison » estimait notamment Florent Balmont sur le site Olympique & Lyonnais il y a quelques jours. Parfois en difficulté dans le jeu depuis le début des matchs retours, l’OL compte plus que jamais sur les qualités de son super gardien de but pour ramener ces fameux points qui comptent à la fin.

Crédit photo : Damien LG

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !