.
AnalyseCoup de belinSite

Marce-sur-lo

En inscrivant un doublé lors de la victoire des Gones à Saint-Étienne (5-0), Marcelo (33 ans) a confirmé une tendance que tous les supporters de l’OL avaient remarqué depuis plusieurs semaines : le Brésilien a retrouvé son top niveau et jouit de la confiance totale de Rudi Garcia. Pourtant, il y a un an, l’ancien joueur du Besiktas d’Istanbul était sur le point de quitter le club rhodanien, en conflit avec certains supporters. Quoi de mieux qu’un doublé dans un derby pour définitivement enterrer la hache de guerre ?

Le vase a bien failli déborder

Si Marcelo aurait pu porter d’autres couleurs que celles de l’OL en cet hiver 2021, c’est notamment en raison d’un conflit larvé avec les supporters, qui prend son origine en octobre 2019. Alors que Lyon est déjà loin de briller en championnat (aucune victoire entre la 3ème et la 11ème journée), et malgré l’arrivée de Sylvinho sur le banc, le club ne fait pas non plus d’étincelle en C1 (1 victoire, 1 nul et 1 défaite).  Malgré le licenciement (post-derby) en urgence de l’entraîneur brésilien, et l’arrivée dans la foulée de Rudi Garcia sur le banc lyonnais, les Gones manquent leur dernier match aller sur le terrain du Benfica (1-2). Sur le tarmac de l’aéroport lisboète, ce sont des supporters rhodaniens remontés qui attendent leurs joueurs. « A un moment, il y a eu des critiques voire des insultes de la part de certains supporters et le joueur concerné – mais aussi d’autres – a répondu » , racontait alors le président Aulas. Le joueur concerné est évidemment Marcelo, qui fut à deux doigts de chausser les gants de boxe pour en découdre avec certains supporters ayant prononcés des mots visiblement trop durs.

Ce qui pourrait être interprété comme du courage va en fait être considéré comme un sérieux manque de respect par quelques membres du Kop Virage Nord. Dix jours plus tard, les Lyonnais se déplacent à Toulouse (3-2) et bien que le défenseur brésilien soit resté sur le banc toute la rencontre, le parcage lyonnais prend un malin plaisir à conspuer le natif de São Vicente, 90 minutes durant. Deux jours plus tard, c’en est trop pour sa femme Tatiana Guedes qui décide de prendre la parole sur Instagram. Elle appuie notamment sur le fait que son mari a en réalité un problème personnel avec un seul supporter : « Mon époux n’a aucun problème et n’a jamais eu de problèmes avec les sifflets. Ce n’est qu’un seul idiot qui veut se montrer. Son problème avec mon époux est personnel. C’est l’idiot qui a invité mon époux à se bagarrer en plein match, le même idiot qui essayait de brutaliser les joueurs à l’aéroport au Portugal, et le même idiot qui essayait de s’en prendre à Marcelo lors du match contre Toulouse. » Si l’objectif de cette intervention était certainement d’apaiser la situation, cela va plutôt contribuer à mettre le feu aux poudres.

Pour son dernier match de poule au Groupama Stadium, l’OL reçoit Leipzig. Les Lyonnais doivent au moins gagner un point pour retrouver les huitièmes de finale de C1 en février. Et même si les Lyonnais font douloureusement le travail (menés 0-2, les hommes de Rudi Garcia arrachent finalement le 2-2), l’humeur dans les tribunes n’est pas à la fête. Alors que les joueurs s’avancent pour remercier le Virage Nord, un supporter (le fameux “idiot” de Tatiana Guedes ?) s’avance vers Marcelo, accompagné d’une banderole explicite : “Marcelo dégage”. Pour être sûr que le Brésilien ait bien compris le message, les mots doux du supporter sont accompagnés par le dessin d’un âne. A la vue de cette provocation, Memphis Depay dégoupille et fonce vers le propriétaire du tissu afin de lui demander d’arrêter de provoquer son coéquipier. Alors que Lyon est censé fêter une qualif’ en Ligue des Champions, supporters et joueurs offrent le triste spectacle d’un échange houleux, devant des téléspectateurs médusés. Nous sommes à quelques jours du début du mercato hivernal, le divorce entre Marcelo et ses supporters semble acté.

La réconciliation

« Est-ce que j’ai pensé à partir ? Oui à un moment. J’étais touché et ma famille aussi, j’y ai pensé, ça m’a traversé l’esprit. Mais Dieu m’a parlé et a pris la bonne décision (…) Si on me dit de partir, on discutera. Mais je veux profiter de ces bons moments. » Pour pouvoir tenir un tel discours en conférence de presse à la mi-février 2020, Marcelo a d’abord dû mettre de l’eau dans son vin. Dès la mi-janvier 2020, alors que l’OL ramène 3 points de Bordeaux (2-1), le Brésilien décide de prendre l’initiative d’aller dialoguer avec les supporters présents en Gironde, au coup de sifflet final. « Ce geste est un geste de pardon, il a mis fin à beaucoup de choses. Je suis heureux, les gens du club savent que je suis dévoué, je respecte tous ces gens. Je veux profiter de ce bon moment. Qui sait si nous n’allons pas fêter un titre dans quelques semaines ? », s’emballait même le défenseur brésilien en zone mixte.

Alors qu’il reprend petit à petit confiance, la Ligue prend la décision radicale de mettre fin, dès le mois de mars, au championnat 2019-2020, alors que la France entière entre dans une période de confinement inédite. De retour à l’entraînement au mois de juillet pour préparer le Final 8, c’est un Marcelo ressourcé que retrouve Rudi Garcia. Impérial face à la Juventus (avec en point d’orgue un sauvetage génial face à Bernardeschi), le Brésilien affirme que son conflit avec les supporters lui a permis de progresser sur le plan mental. « Je n’ai jamais vu un mec qui a eu du succès sans des moments plus durs. Cette situation m’a aidé sur le plan mental, je suis plus fort qu’avant. C’a été compliqué pour nous, mes enfants et ma femme étaient au stade quand ça s’est passé (Il avait fait un doigt d’honneur à un supporter). J’ai parlé avec elle, je lui ai dit “on doit rester costauds car c’est difficile mais ça va passer. Je dois la remercier comme mes amis dans le groupe. Ça les a touchés de me voir dans cette situation alors qu’ils voient tous mon investissement. » Le premier d’entre eux est évidemment Rudi Garcia.

Le soldat de Garcia

Homme de base du système défensif de l’entraîneur lyonnais, Marcelo constitue avec Jason Denayer (25 ans) l’indéboulonnable paire de défenseurs centraux de l’OL cette saison. Avec 19 titularisations chacun, les deux joueurs ont su mettre à profit des automatismes créés sur la durée. « Avec Marcelo, c’est la troisième saison qu’on joue ensemble. Je pense qu’on a attrapé (sic) beaucoup d’automatismes et de complicité. Cela facilite beaucoup plus les choses dans la communication et les déplacements » lançait le défenseur belge au début du mois, en conférence de presse, avant la réception du FC Nantes (3-2). Malgré ses 33 ans, Rudi Garcia accorde à Marcelo une confiance sans faille. « Si vous me posez la question, sur un plan personnel, je pense que c’est un élément très, très important de notre équipe et de notre défense. », assenait Garcia après le derby. L’entraîneur des Gones aimerait même beaucoup voir prolonger celui qui arrive en fin de contrat à l’issue de la saison (situation qui le concerne également). « Il est en pleine force de l’âge. En plus, en défense centrale, on peut jouer très, très longtemps. Vitorino Hilton ne me contredira pas. Et moi qui suis allé en Italie, j’ai quitté un championnat de France où on trouve que les joueurs sont assez vite vieillissants, alors que là-bas, c’est assez fréquent d’avoir des joueurs qui jouent jusqu’à 36, 37, 38 ans. Et plus facilement en défense centrale. Je pense que Marcelo a encore de belles années devant lui et pourvu qu’elles soient à l’Olympique Lyonnais. » Malgré la folle rumeur d’un intérêt de Liverpool cet hiver, Marcelo semble de son côté très intéressé par l’idée de poursuivre l’aventure entre Rhône et Saône : « On a commencé à discuter avec Juninho (directeur sportif), Vincent (Ponsot, directeur général du football) et le président (Jean-Michel Aulas). J’espère que l’on trouvera bientôt une solution. Je suis content ici, cela fait quatre ans que je suis là, je connais très bien le club et la ville. J’espère vite que l’on va trouver une solution. Lyon c’est une belle équipe, elle m’a ouvert la porte en France. Je suis content. J’espère que l’on trouvera une bonne solution pour tout le monde. » S’il continue à planter des doublés dans les derbies, les supporters lyonnais l’accueilleront de toute façon les bras ouverts pour de nombreuses années encore.

Crédit photo : Damien LG

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !