.
Parole de supporterSite

Jorge, 31 ans, Américano-Portugais et supporter de l’OL

Si certains supporters lyonnais trouvent le Groupama Stadium trop éloigné du centre-ville, que doivent penser ceux qui suivent l’OL depuis un autre continent ? Planète Lyon vous présente Jorge, Américano-Portugais et Lyonnais de cœur.

Planète Lyon : Salut Jorge ! Est-ce que tu peux te présenter aux lecteurs de Planète Lyon ?

Jorge : Je m’appelle Jorge, j’ai 31 ans. Je suis né aux États-Unis de parents portugais. Ces derniers ont immigrés aux USA à la fin des années 70 : j’ai donc la double nationalité. Je vis à Rhode Island, une ville située au Sud de Boston, à une heure de route environ.

Tu es donc Américano-Portugais et supporter de l’OL… Comment as-tu connu le club ? Et comment en es-tu devenu supporter ?

Tout a commencé en 2010 avec la première demi-finale de Ligue des Champions de l’histoire de l’OL. A l’époque, on ne pouvait pas voir de matchs de Ligue 1 à la télé aux États-Unis : la C1 était mon seul moyen pour suivre Lyon. Pendant cette épopée, j’ai adoré voir l’OL jouer, mais aussi le statut d’outsider avec lequel ils abordaient cette demi-finale. A partir de là, je me suis beaucoup documenté sur le club et je me suis tout de suite senti proche de la manière dont le club est géré et les valeurs qui y sont défendues. Puis, à partir de 2011, la Ligue 1 a commencé à être diffusée à la télévision américaine. J’ai donc pu suivre davantage l’OL… Même si personnellement j’ai dû attendre 2012 pour que mes parents prennent la chaîne Bein Sports !

Quels étaient tes joueurs préférés en 2010 ?

Lisandro López forcément… Suivi de très près par Maxime Gonalons : il est né la même année que moi, je trouvais ça particulièrement plaisant de voir un joueur de mon âge exercer le métier de footballeur professionnel ! J’avais 20-21 ans à l’époque.

Tu nous disais que tu venais de la région de Boston… As-tu rencontré d’autres supporters de l’OL dans le coin ? Tu regardes les matchs avec eux ?

J’en ai rencontré à Rhode Island même, et aussi dans la région bostonienne… Avant la Covid, on essayait le plus souvent possible de se retrouver dans un bar pour regarder les matchs ensemble.

On trouve donc aux USA des bars qui passent les matchs de l’OL !?

Oui, il y en a deux en particulier autour de chez moi. L’un s’appelle “The Banshee” et il est situé à Dorchester. Le deuxième, c’est “Phoenix Landing” et il se trouve à Cambridge. Les propriétaires de ces deux bars ont une affection particulière pour les supporters de championnats autres que la Premier League anglaise. Et ils ont tous les abonnements qu’il faut pour diffuser tous les matchs autour du globe.

Es-tu membre d’un groupe de supporters de l’OL aux États-Unis ? 

Oui, j’ai participé à la création d’un fan club de l’OL nord-américain : OL North America. L’objectif était de réunir tous les fans de l’OL d’Amérique du Nord. On en a trouvé plus de 250, et OL North America s’est décliné à Boston, New York, Washington et Montréal. On essaie de se faire des réunions Zoom pour discuter tous ensemble de notre club favori. La dernière date de la finale de Coupe de la Ligue perdue face à Paris !

Êtes-vous en contact avec l’OL ? Jean-Michel Aulas est-il au courant de l’existence de votre groupe de supporters ?

J’ai quelques contacts avec le club, notamment OL TV puisque j’avais été interviewé en 2017. Nous avons également offert à Aulas une écharpe de notre groupe ! Nous sommes également suivis par les comptes réseaux sociaux du club. Un jour, Jean-Michel Aulas a retweeté une vidéo nous montrant en train de chanter une chanson anti-stéphanoise. Les notifications sur mon téléphone ont littéralement explosé pendant deux jours !

Alex Morgan et Megan Rapinoe ont été deux très grandes joueuses de l’OL féminin. Est-ce que tu t’es mis à suivre les filles de l’OL à ce moment-là ? Est-ce que les médias américain ont alors davantage parlé du club ?

Ça n’a pas spécialement attiré l’attention aux Etats-Unis, pas comme tu peux l’imaginer en tout cas. La seule chose qui a fait sourire les médias, c’est qu’ils ont fantasmé Jean-Michel Aulas comme un vieux pervers essayant d’attirer Alex Morgan via les réseaux sociaux ! (rires)

As-tu déjà eu la chance de venir à Lyon pour l’OL jouer pour de vrai ?

Oui, deux fois ! Une fois en 2015 à Gerland pour le dernier match de la saison face à Bordeaux. Et une autre en 2017, pour voir le dernier match de la saison face à Nice. J’ai eu la chance de découvrir les deux stades !

Tu étais venu à Lyon spécialement pour voir jouer l’OL ou aussi pour faire du tourisme ?

Les deux. Je venais d’abord pour l’OL, mais j’avais aussi très envie de découvrir la ville. J’ai trouvé Lyon génial ! Les Lyonnais sont particulièrement sympas et serviables. J’ai essayé de faire l’effort de parler français, je ne voulais pas paraître comme l’Américain arrogant qui parle seulement en anglais. En contrepartie, les gens essayaient de me parler en anglais pour m’aider.

Bon, et ces expériences aux stades ? Tu es plus Gerland ou Groupama Stadium ?

C’est très dur de répondre à cette question… Gerland est au milieu de la ville, on y accède facilement en métro ou en tramway, voire même à pieds si on habite dans le coin. Personnellement, mon hôtel était à 200 m du stade ! Pour le Groupama, on peut seulement y accéder via le tramway. Arrivé sur place, j’ai pu aller dans un bar-restaurant à côté du stade pour boire quelques pintes avec d’autres supporters. J’ai aussi une affection particulière pour ce stade car j’y ai été interviewé par Héloïse d’OL TV. J’ai aussi pu faire une très belle visite du Parc OL en anglais. J’ai la sensation que ce stade offre plus d’opportunités au club par rapport à Gerland.

Pour beaucoup de supporters lyonnais, le Groupama Stadium a beaucoup moins d’âme que Gerland… Est-ce que tu as ressenti quelque chose de similaire?

Oui je pense qu’il y avait plus de passion à Gerland. Le Groupama est assez bruyant lorsque les supporters lancent des chants, mais je trouvais ça plus impressionnant à Gerland, malgré la capacité inférieure du stade. Et je pense que la passion qu’on trouve à Gerland est aussi très liée aux succès récents de l’OL dans ce stade.

Rudi Garcia arrive en fin de contrat à l’OL… Est-ce que tu aimerais que l’OL le garde s’il réussit une superbe saison ?

Honnêtement, c’est une situation assez délicate. C’est un peu à double tranchant. Mais je pense qu’il ne faut pas le garder pour une raison simple : dans tous les clubs où il est passé, il ne parvient pas à performer au-delà de la deuxième saison. Je pense aussi qu’il est un frein à l’émancipation des jeunes du club, il préfère les joueurs confirmés… J’ai pas de problème avec ça, mais nous sommes quand même reconnus pour sortir de sacrés jeunes de notre centre de formation ! Et puis il a tendance à maintenir des joueurs dans le onze qui ne méritent pas forcément de débuter les matchs… Cornet, par exemple !

Concernant les jeunes, Garcia aime répondre qu’il est le coach qui a lancé Cherki, Caqueret ou Bard… 

Balivernes ! Il l’a fait parce que les supporters lui ont mis la pression. Si les fans n’en avaient pas parlé, je doute vraiment sur le fait qu’il les aurait lancés. Personnellement, s’il finit bien avec l’OL, je propose un deal gagnant-gagnant : il nous permet de nous qualifier de nouveau en Coupe d’Europe, et comme ça il peut facilement se trouver un nouveau club. Si j’étais Juninho, je laisserais le contrat de Garcia se finir et je chercherais un coach capable de mener l’OL à un niveau supérieur. En dehors des rumeurs habituelles (Favre, Galtier), j’ai une affection particulière pour Jessie Marsch. C’est l’actuel entraîneur du Red Bull Salzburg et il réussit très bien là-bas. Il parle français puisqu’il a entraîné à Montréal et il s’est spécialisé dans le lancement de jeunes talents. Le plus connu est évidemment Erling Haaland !

Juninho souhaiterait a priori faire un grand ménage au sein de l’ensemble du staff… Quelle est ton opinion à ce sujet ?

Je pense que c’est une bonne idée. Il est temps de démarrer un nouveau chapitre, avec un nouveau projet.

Quels sont tes joueurs préférés dans l’équipe actuelle ?

Lopes, Kadewere et Guimaraes !

Ton pronostic sur le classement final de l’OL cette année ?

Je pense qu’il est bien trop tôt pour dire qu’on sera champions, il peut se passer tellement de choses… On sera sûrement sur le podium, et j’espère au minimum deuxièmes. En plus, nos deux plus gros concurrents (Paris et Lille) viennent jouer à Lyon pour les matchs retours.

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page