.
AnalyseSite

Chassé-croisé Dembélé/Slimani : l’OL en sort-il gagnant ?

C’était un double mouvement attendu de ce mercato hivernal. Avant-hier, l’OL a officialisé le départ de Moussa Dembélé (24 ans) pour l’Atlético Madrid sous la forme d’un prêt payant (1,5 M€) assorti d’une option d’achat évaluée à 33,5 M€. Dans la foulée, le club rhodanien a annoncé le recrutement d’Islam Slimani (32 ans) en provenance de Leicester, club avec lequel il a résilié son contrat avant de rallier la capitale des Gaules. L’OL a-t-il gagné au change ? L’inconnue de l’équation réside principalement dans l’état de forme avec lequel le buteur algérien arrive à Lyon.

Où t’es ? Moussaoutai ?

« Moussa est venu me voir, il pense que c’est le moment de changer d’équipe, qu’il a perdu un peu la motivation, ce n’était pas prévu, je l’apprécie beaucoup. » Dans la foulée du match nul à Rennes (2-2), Juninho a confirmé ce que beaucoup de supporters pressentaient : Dembélé souhaitait se relancer sous les ordres d’un coach lui accordant sa confiance. Ayant disparu du onze de Garcia depuis le début de saison, l’international espoir français a jugé bon de réagir afin ne pas laisser sa carrière s’enliser. Titulaire à seulement six reprises au cours de la phase aller de la Ligue 1 Uber Eats, le meilleur buteur lyonnais des deux années précédentes (20 buts en 2019 tcc, 24 en 2020) n’a jamais retrouvé ses sensations d’avant les deux mois d’arrêt provoqués par le confinement. Cette incapacité à faire parler la poudre a même plutôt mis en lumière les carences du natif de Pontoise dans son jeu : « Dembélé pour moi reste un problème dans le jeu, dans l’élaboration du jeu. Il a beau être un finisseur mais avant de finir, il faut se les créer les occasions. Quand tu vois que ce garçon a une cote à 60-70 millions d’euros, quand on a autant de difficultés à manier le ballon… Tous les contrôles sont compliqués ! Toutes les conduites de balle, c’est la cour des miracles ! » le dézinguait Christophe Dugarry en mars 2020 sur les ondes de RMC. S’il est vrai que l’ancien joueur du Celtic n’a jamais brillé par sa capacité à manier le ballon, ses performances ont malgré tout tapé dans l’œil de plus d’un recruteur de grands clubs européens. 

Avec un seul petit but au compteur cette saison, Moussa Dembélé quitte l’OL par la petite porte. Pourtant, à l’été 2019, une rumeur insistante laissait entendre que Manchester United, alors à la recherche d’un remplaçant de Romelu Lukaku parti à l’Inter, était prêt à monter jusqu’à 80 millions d’euros pour faire céder Jean-Michel Aulas. Le président lyonnais avait alors opposé une fin de non recevoir au club mancunien. L’été dernier en revanche, les Gones étaient beaucoup plus enclins à l’idée de laisser partir Dembélé, persuadés que sa valeur marchande n’avait pas décliné. L’attaquant, qui commençait déjà à poser régulièrement ses fesses sur le banc, avait notamment brillé en août, lors du quart de finale de Final 8 face à City (3-1), en inscrivant un doublé historique. Malheureusement pour l’OL, la crise du coronavirus est passée par là, et ses conséquences désastreuses sur les finances de clubs éventuellement intéressés par l’attaquant lyonnais ont débouché sur le fait que plus personne n’était en mesure de satisfaire les exigences du président lyonnais.

L’OL laisse donc partir un joueur dont les performances et la motivation ne cessaient de décliner ces dernières semaines. Ça tombe bien, Islam Slimani, réputé pour sa grinta, est probablement mort de faim.

Slimani : des options supplémentaires pour Garcia

« Je n’ai pas beaucoup joué ces derniers mois mais j’ai beaucoup travaillé pour garder le rythme. Je suis combatif sur le terrain et cela me permettra de compenser le manque de rythme. » Lors de sa conférence de presse de présentation, le nouveau numéro 20 de l’OL ne s’est pas caché : il vient de passer la première partie de la saison 2020-2021 dans un club qui ne comptait pas sur lui. Sous contrat à Leicester depuis 2016, le natif d’Alger a dû se contenter de 19 minuscules minutes depuis le début de la saison sous les couleurs du club anglais. Cette incompatibilité entre l’ancien club de N’golo Kanté et le Fennec ne date pas d’hier, puisque depuis qu’il appartenait aux Foxes, Slimani avait enchaîné pas moins de trois prêts : Newcastle, Fenerbahçe et l’AS Monaco. C’est d’ailleurs en terres princières que l’attaquant d’1,88 m (83 kg) a le plus brillé, facturant 9 buts et délivrant 8 passes décisives. Si une complicité évidente avec Wissam Ben Yedder était apparue, elle n’avait pas suffi à convaincre les Monégasques de lever l’option d’achat de 10 M€ dont ils disposaient à l’époque. Il faut dire que l’ancien joueur du Sporting avait été utilisé par intermittence (18 matchs joués en L1, 14 titularisations) au cours d’une saison où deux entraîneurs s’étaient succédé sur le banc de l’ASM (Jardim puis Moreno), le premier connaissant beaucoup mieux ses qualités que le second. L’entraîneur espagnol avait d’ailleurs été sommé de s’expliquer sur sa non-utilisation d’un joueur qui avait fait une très bonne première partie de saison : « Je me suis ‘séparé’ de lui seulement les premiers matchs, expliquait Robert Moreno sur RMC en avril 2020. Quand je suis arrivé, après une semaine de travail j’ai pensé que le 4-3-3 était le meilleur système pour le premier match de Coupe contre Reims (victoire 2-1 le 4 janvier), et ensuite j’ai remis la même équipe contre le PSG pour avoir de la continuité. Après ça, Slimani s’est blessé. Mais dès que j’ai eu l’opportunité de le récupérer, je l’ai utilisé. À aucun moment je n’ai voulu détruire ce qui fonctionnait. Il a joué beaucoup de fois avec moi. C’est une question de système, du quotidien à l’entraînement, d’adversaires aussi… »

Intégrer celui qui a remporté la CAN 2019 avec Djamel Benlamri dans un système qui fonctionne, c’est une équation que devra résoudre Rudi Garcia. S’il sera certainement le joker attitré de Depay à la pointe du trident offensif de l’entraîneur lyonnais, “Super Slim” devrait également permettre au coach rhodanien de faire évoluer sa tactique, en fonction du système de l’adversaire du jour. On peut par exemple tout à fait imaginer Cherki et Slimani suppléer Kadewere et Toko-Ekambi, et Rudi Garcia installer le Baby Gone en meneur de jeu derrière une doublette Depay-Slimani. Quoi qu’il en soit, Juninho croit énormément aux qualités d’un joueur qu’il suivait déjà l’été dernier. « On a beaucoup parlé pendant le début de saison. C’est un joueur pour lequel j’ai beaucoup d’admiration et de respect pour son engagement sur le terrain. Il a un état d’esprit formidable. Il a beaucoup d’expérience, c’est important parce que le groupe est jeune. J’ai essayé en début de saison mais ça n’a pas marché. Même si ça fait un moment qu’il manque de rythme, je pense qu’il n’a pas besoin de beaucoup de temps pour se remettre en forme. » 

Le bon choix pour 2021

Comme évoqué par Juninho, le gros point d’interrogation réside dans les capacités d’un joueur qui aura 33 ans en juin prochain à retrouver le rythme de la compétition, alors que son dernier vrai match remonte à quasiment un an. S’il performe rapidement, Islam Slimani pourrait apporter un vrai plus à l’OL lors de cette deuxième partie de saison. « C’est un buteur. Pour moi, je préfère qu’un attaquant marque 12, 15 buts au lieu de 25, mais qu’il te fasse gagner en combativité. On n’est pas encore parfait là-dessus. On est encore une équipe qui n’est pas très agressive sans ballon. Et on marque pas beaucoup de buts sur coups de pied arrêtés. Le choix Islam a pesé là-dessus. Si on avait marqué 4, 5, 6 buts sur coups de pied arrêtés, on aurait eu un peu plus de points. » Si Juninho a évoqué les coup de pied arrêtés au moment de présenter sa dernière recrue, c’est qu’il a dû prendre connaissance de cette statistique hallucinante : alors que Lyon est l’équipe qui obtient le plus de corners cette saison, aucun coup de pied de coin rhodanien n’a été transformé depuis août 2019 (à Monaco, 3-0) ! La qualité du jeu de tête d’Islam Slimani pourrait donc être un vrai plus pour l’équipe coachée par Rudi Garcia lorsqu’elle ne trouve pas de solution dans le jeu.

Certains se diront certainement que Moussa Dembélé aussi disposait d’un jeu de tête au-dessus de la moyenne, mais malheureusement, cela fait bien longtemps que les Gones n’en profitaient plus. La vraie différence entre les deux buteurs se trouve en réalité dans l’intelligence de jeu. Là où Dembélé pouvait régulièrement se prendre les pieds dans le tapis, son successeur est réputé pour son efficacité redoutable, malgré son physique de déménageur. « Les gens lui reconnaissent ses talents de buteur, sa générosité sur le terrain, son état d’esprit. Mais il lui arrive aussi d’être critiqué, car il ne correspond pas au prototype du footballeur algérien, très technique. Slimani n’est pas forcément beau à voir jouer, mais il est efficace » le décrivait son coéquipier algérien Nordine Kourichi sur le site du Monde.

A court terme, et si Slimani retrouve rapidement le rythme de la compétition, l’OL semble donc avoir réalisé une très bonne opération en laissant partir un Dembélé en crise de confiance, et en recrutant un joueur à l’état d’esprit revanchard. Si ses 32 ans bien tassés peuvent susciter des craintes, il faut garder en tête que le Fennec arrive à l’OL avec le statut de “supersub” avant tout : il n’est pas prévu qu’il joue 90 minutes tous les week-ends, et il lui suffira de toute façon deux petits buts pour faire mieux que son prédécesseur. En revanche, il est clair que Juninho n’a pas été cherché Slimani pour préparer l’avenir. Le Brésilien avait d’ailleurs indiqué à l’ancien joueur de Monaco que sa signature à l’OL ne se ferait que s’il acceptait de signer un an et demi, et pas plus.

Du côté de l’Espagne, si l’Atlético lève l’option d’achat de 33,5 M€ dans 6 mois et que notre Moussa national explose la saison prochaine en Liga, l’OL aura forcément des regrets de l’avoir vendu à prix cassé. Mais seule Madame Irma sait si Dembélé retrouvera son instinct de buteur à Madrid.

Crédit photo : Damien LG

Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !