.
Coup de belin

Gérard Houllier, au moins 10 bonnes raisons de l’aimer

L’un des plus grands entraineurs de l’histoire de l’OL s’en est allé. Après avoir subi il y a quelques jours une nouvelle opération de l’aorte, Gérard Houllier a tiré sa révérence à l’âge de 73 ans. En guise d’ultime au revoir, la première victoire de l’OL au Parc des Princes depuis 2007. Comme un symbole, c’est au moment où l’Olympique lyonnais retrouve les sommets de la Ligue 1 que l’ancien professeur d’anglais décide de hisser la grand-voile et de baisser pavillon. Alors bon vent, très cher Gérard Houllier, you’ll never walk alone. 

Gérard, ici personne ne t’oubliera…

1 – Parce que le « Lyon 3-0 Real Madrid », c’est toi. 

2 – Parce que tu as été le meilleur pilote de Formule 1 dans le football. 

3 – Parce qu’en cas de victoire ou de défaite de l’OL, tu soulignais toujours la « grande qualité » de ton adversaire. 

4 – Parce qu’avoir un ancien prof sur le banc de touche, ça rend forcément les joueurs plus intelligents. 

5 – Parce qu’on a pleuré ensemble à San Siro, un sombre soir d’avril 2006. A deux minutes près, la plus belle épopée européenne du club s’écrivait en ta compagnie. Salaud de Filippo Inzaghi. 

6 – Parce que lorsque Juninho inscrivait un coup-franc, tu explosais du banc avec des yeux d’enfant. 

7 – Parce qu’avec toi à sa tête, l’OL méritait de remporter la Ligue des champions. 

8 – Parce que sous tes ordres, la simple évocation de « Lyon » donnait des sueurs froides aux mastodontes européens lors des tirages au sort de la Ligue des champions. 

9 – Parce que sous tes ordres, l’OL a sans doute pratiqué le plus beau football de son histoire. 

10 – Parce que tu ne marcheras jamais seul.

Crédit photo : AFP.
Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page