.
AnalyseCoup de belin

Tino limit

Il tarde certainement aux supporters lyonnais de pouvoir le voir en action depuis les gradins du Groupama Stadium. Si Tino Kadewere (24 ans) n’a pas encore pu faire vraiment connaissance avec ses supporters, il peut être sûr d’une chose : tout le monde se félicite de sa première partie de saison sous les couleurs de l’OL.

Planète Lyon revient sur les six premiers mois extrêmement solides de l’international zimbabwéen entre Rhône et Saône.

L’ombre d’un doute

Lorsque l’OL annonce la signature de Tino Kadewere fin janvier 2020, les supporters lyonnais ne savent pas encore qu’ils vont devoir se coltiner une pandémie mondiale, mais qu’ils vont aussi atteindre, au cours d’un été hors du commun, la demi-finale d’une C1 remaniée. Recruté contre 12 millions d’euros hors bonus, c’est d’abord le scepticisme qui règne dans les rangs des suiveurs de l’OL, au moment de l’annonce de ce transfert. L’international zimbabwéen est considéré comme onéreux pour un joueur ayant déjà soufflé ses 24 bougies.

La petite musique qui se joue rime avec l’idée que si l’attaquant du Havre était un grand joueur en devenir, un gros club aurait mis le grappin dessus depuis bien longtemps. Autre motif de réticence : la légende des meilleurs buteurs de Ligue 2. Kadewere caracole certes en tête du classement des buteurs de Ligue 2 (déjà 18 buts en janvier 2020 !) au moment de sa signature, mais tout le monde a conscience que le passage à l’échelon supérieur ne se fait pas toujours sans heurts. Les supporters ont notamment en tête le passage entre Rhône et Saône de Jean-Philippe Mateta (2016-2018), empilant les buts en National avec Châteauroux mais n’ayant jamais réussi à s’imposer à Lyon.

Si Philana Tinotenda Kadewere (son nom complet) a explosé en Ligue 2, il le doit surtout à un entraîneur que les supporters lyonnais connaissent bien : Paul Le Guen. « Avec Paul, c’était bien. On avait une très bonne relation tous les deux. Quand je suis revenu de vacances au début de la saison dernière, il m’a dit : « Tino, si tu m’écoutes, tu finiras meilleur buteur de Ligue 2. » Je lui ai dit qu’on allait travailler ensemble. Il me parlait tout le temps, avant et après le match. Il m’a aidé. » confiait l’international zimbabwéen aux 17 sélections sur le site de l’OL.

Et si certains sont réticents sur ses capacités à s’imposer dans un grand club de Ligue 1, l’ancien entraîneur de Lyon (2002-2005) ne fait pas partie de ceux-là. « C’est un joueur intelligent, qui s’adapte, décrivait le technicien dans les colonnes de l’Équipe. J’estime avoir eu le privilège de l’entraîner. Plus il va évoluer avec des gars de haut niveau, plus il va progresser. Je ne doute pas qu’il s’impose dans cette équipe (l’OL, ndlr). Il comprend le jeu et il est capable de sacrifices sur un côté pour s’imposer. ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Breton ne s’est pas trompé quant aux capacités d’adaptation de son ex-serial buteur, ce dernier ayant déjà dû s’acclimater à la Suède, pays dans lequel il a joué trois saisons, dont une aux côtés du vétéran Kim Källstrom.

Une adaptation parfaite

« Je suis arrivé dans une famille. » Lorsque le site de l’OL lui demande de commenter le choix Lyon, Kadewere ne peut s’empêcher de faire le lien avec un événement tragique s’étant produit lors de ses premiers jours à l’OL, en juin 2020 (il avait été prêté directement 6 mois au HAC au moment de l’officialisation du transfert) : la disparition de son frère. « Memphis est à côté de moi dans le vestiaire. On parle tout le temps ensemble. C’est un bon mec. Il est capitaine. Il est gentil avec tout le monde. Quand j’ai perdu mon frère, il a été tout le temps avec moi au téléphone. Il demande des nouvelles de mes proches. On est comme une famille dans cette équipe. »

Dans un contexte pesant, les joueurs lyonnais ont immédiatement fait bloc derrière Tino, lui dédiant par exemple la victoire en quart de finale du Final 8 face à Manchester City (3-1). Non éligible pour terminer cette C1 adaptée, Kadewere avait été autorisé par l’OL à rentrer au pays pour assister à l’enterrement de son frère, et les joueurs lyonnais avaient arboré avant le match un t-shirt noir en soutien : «repose en paix Prince Kadewere».

Une autre raison a poussé le meilleur buteur de Ligue 2 2020 à choisir l’OL : son admiration pour Karim Benzema. « J’ai vu jouer Karim Benzema ici. Selon moi, il est le meilleur attaquant du monde. Il sait tout faire sur un terrain. Il marque, il fait des passes, il travaille pour l’équipe. Il est complet. Cela m’a donné envie de venir. » complimentait-il sur le site de l’OL au moment de sa présentation à la presse.

Capable de jouer sur tous les fronts de l’attaque, Kadewere semble effectivement pouvoir marcher sur les traces de l’attaquant du Real Madrid, même si certains préfèrent le comparer à un autre grand attaquant polyvalent. « Il n’est pas le plus rapide, le plus spectaculaire ou le plus puissant des attaquants, reconnaissait son ancien coéquipier Matthew Rusike sur le site de 20 Minutes. Mais il est complet, et sa plus grande force est de toujours être bien placé, au bon endroit, au bon moment. C’est comme pour Thomas Müller en fait, personne ne sait vraiment quelle est sa grande force, mais qu’est-ce qu’il est fort. » Et c’est bien au talent que Tino Kadewere a mis tout le monde d’accord du côté de Lyon, lors de cette première partie de saison.

Bien installé au sein de la KTM

« Depuis qu’il est disponible avec nous, il nous apporte tout ce qu’on pensait qu’il pouvait nous apporter. Il a le sens du but, du liant avec le reste de l’équipe. Il offre de la profondeur. Il est complet dans sa panoplie. Il est capable de travailler, il récupère des ballons. » s’emballait Rudi Garcia après une victoire à Angers (1-0) sur un but de Tino. Si ces statistiques personnelles ne sont pas hors du commun (6 buts et 2 passes décisives en 15 matchs), le natif de Harare (Zimbabwe) se distingue par sa capacité à inscrire des buts d’une importance capitale.

Si l’OL a gagné à chaque fois qu’il a scoré, ses buts ont carrément gonflé de 12 points le total lyonnais lors de 4 rencontres distinctes : il a marqué un but face à Strasbourg (3-2), Angers (1-0), Paris (1-0) et même un doublé face à Saint-Etienne (2-1). Ce dernier événement a été d’autant plus important dans son avènement qu’il avait confié à la chaîne Téléfoot en avoir rêvé quelques jours plutôt : « C’était un derby et c’était très important pour nous et les supporters. Le plus important est de gagner ces matches-là (…) Je crois vraiment en Dieu. J’ai la foi et je savais que ça allait arriver car j’ai toujours eu le rêve de jouer pour Lyon et c’est arrivé. C’est mieux quand on fait les choses en réalité. Je suis très content. Ce soir, mon rêve est devenu réalité » réagissait-il, sur un nuage, juste après le match.

Et même si Kadewere savoure ses débuts idylliques avec l’OL, il a conscience que la qualité de ses coéquipiers joue également beaucoup. « Je suis très content de marquer et de gagner, mais je n’étais pas seul. On est une équipe, on gagne ensemble » rappelait-il, toujours après le derby victorieux. Et il est vrai que si Garcia a mis du temps a trouvé son schéma offensif, le fait d’avoir finalement opté pour la triplette Kadewere/Toko-Ekambi/Depay semble être un choix tout à fait judicieux. Sur les 31 buts marqués par l’OL depuis le début de saison, 22 ont été inscrits par la KTM. C’est mieux que les attaques de grands clubs comme la Juventus, Liverpool, le Real Madrid ou le Bayern Munich par exemple.

Alors que beaucoup misaient sur une confirmation de Dembélé ou une explosion de Cherki, c’est bien avec ce trio d’attaque que l’OL compte titiller le PSG cette année. Positionné généralement sur l’aile gauche par Rudi Garcia, Kadewere compte bien s’y installer définitivement. Il pourra alors continuer à raviver des émotions que les supporters lyonnais n’avaient pas ressenti depuis trop longtemps.

Crédit photo : Damien LG
Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici.
Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !