.
Analyse

Docteur Rudi, Mister Garcia (Episode 3 – Son apport en tant qu’entraîneur)

Planète Lyon revient en quatre courts épisodes sur l’histoire d’amour entre Rudi Garcia et l’OL qui n’aura jamais vraiment commencé…

“La prolongation de Rudi Garcia ? C’est un sujet qu’on a souvent abordé. J’ai dit qu’on ne prendra pas position d’ici la fin de la saison. On se réunira au 31 décembre. J’espère qu’on sera premier à cette époque-là, pour pouvoir envisager les choses de manière différente, mais ceci étant pour le moment ce n’est pas d’actualité. Rudi le sait, j’en parle souvent avec lui, et il est d’accord avec moi pour démontrer sur le terrain et par les performances de l’équipe si on doit envisager quelque chose (sa prolongation, ndlr). Mais en tout cas, ça n’a pas été envisagé. Des bruits sur une non-prolongation ? Vous avez souvent des bons bruits…”. Jean-Michel Aulas, le mardi 10 novembre.

S’il était entendu que l’option Garcia avait constitué un choix par défaut au moment de prendre la succession de Sylvinho en octobre 2019, personne ne s’attendait à entendre Jean-Michel Aulas, sur les ondes de RMC, paraître sceller si tôt l’avenir de son entraîneur. Comme pour l’ensemble de son staff, le contrat de Rudi Garcia arrivera à son terme à l’issue de cette saison 2020-2021. Alors que l’OL vit sa première saison sans coupe d’Europe depuis 23 ans, la plupart des supporters lyonnais sont partisans d’un grand ménage au sein de l’équipe technique des Gones, en commençant par ce coach qu’ils n’ont jamais adopté. Ce désamour des supporters résiste-il à l’analyse approfondie du bilan provisoire de Garcia sur le banc lyonnais ?

EPISODE 3 : SON APPORT EN TANT QU’ENTRAINEUR

Des jeunes pousses lancés dans le grand bain

« Les jeunes sont très importants pour le club. On s’appuie sur le centre de formation, mais il faut leur laisser le temps de mûrir. Il y a encore beaucoup de travail à accomplir car ils sont encore très jeunes. Ils nous ont montré qu’on pouvait compter sur eux. C’est une des choses positives depuis mon arrivée ». Au moment de présenter ses vœux à la presse en janvier 2020, Rudi Garcia souhaite démontrer qu’il a compris que l’intégration de jeunes talents de l’académie au sein de l’équipe première est un impondérable lorsqu’on entraîne l’OL.

Mais malgré ses déclarations d’intention, certains supporters jugent insuffisant le temps de jeu accordé aux jeunes formés au club. Et ça ne manque pas d’agacer le coach lyonnais : « J’ai l’impression ici que quand tu fais jouer deux joueurs, il faudrait en faire jouer quatre, quand t’en fais jouer quatre, il faudrait en faire jouer huit… Arrêtez un petit peu avec ça. Maxence Caqueret, Rayan Cherki et Melvin Bard, c’est moi qui les ai fait jouer ici, et personne d’autre avant moi. Me faites plus ch… avec ça.» s’emportait-il au micro d’OL Night System fin août 2020.

Chacun campe donc sur ses positions : Garcia estime avoir lancé suffisamment de jeunes et les supporters se posent parfois la question de savoir si l’OL aurait fini au-delà de la 7ème place en 2019-2020 (championnat interrompu à cause de la pandémie du Covid-19) si le coach lyonnais avait, par exemple, installé durablement Maxence Caqueret dans son onze ou – surtout – avait plus largement donné sa chance à Amine Gouiri, parti s’émanciper à Nice depuis.

Des choix tactiques contestables

« Rudi a un sens tactique surdéveloppé. Même moi, j’ai du mal à suivre ». Pour comprendre l’absence de mesure dans ces propos de Jean-Michel Aulas rapportés par le Dauphiné Libéré en février 2020, il faut les contextualiser : l’OL vient d’enchaîner 4 matchs sans victoire et les mèmes de Rudi Garcia grimé en clown par ses propres supporters pullulent sur Twitter.

S’il avait convaincu le board lyonnais quant à son approche philosophique de football au moment de sa signature, plusieurs décisions de l’entraîneur lyonnais ont laissé plus d’un supporter pantois. En ce qui concerne le système de jeu, le coach rhodanien préfère s’adapter à son adversaire plutôt que d’imposer sa manière de jouer. Si son 3-5-2 basé sur les contres a fait des merveilles cet été lors du Final 8, cette même approche s’est avérée totalement inadéquate en Ligue 1, au moment de jouer des équipes installant un bus devant leurs cages avec pour seule ambition de ne pas encaisser de but.

Depuis le début de saison, Garcia s’est également essayé au 3-4-3, au 4-4-2 et au 4-3-3, sans que les problèmes offensifs lyonnais ne soient réellement résolus. Quand on connaît l’arsenal offensif dont dispose le coach de l’OL (Depay, Kadewere, Toko-Ekambi, Dembélé, Cherki, Aouar, Caqueret, Paquetá voire Cornet), le supporter lyonnais n’arrive pas à comprendre pourquoi il s’ennuie autant lorsqu’il regarde son équipe préférée jouer.

« Pendant des années, le Real Madrid venait et on le déboîtait. On mangeait du caviar tout le temps, jusqu’à ne plus s’en rendre compte. Au sein des supporters, les plus véhéments sont ceux de mon âge. Ils en ont marre et veulent retrouver ce qu’ils ont connu. Si j’ai accepté Rudi Garcia ? Non. Si c’était un guitariste, il serait un peu trop limité pour jouer dans Radiohead » métaphorait Benjamin Biolay dans le Journal du Dimanche il y a quelques jours, résumant ainsi la pensée de beaucoup de suiveurs de l’Olympique lyonnais. Au-delà des résultats, c’est donc avant tout l’amélioration constante du jeu de l’OL qui crédibilisera l’entraîneur aux yeux des supporters.

Rendez-vous dans quelques heures pour l’épisode 4 – Ses résultats, et l’épilogue

Pour lire l’épisode 1 (Sa relation avec Lyon et les supporters), ça se passe ici. Pour lire l’épisode 2 (Sa relation avec son staff et l’équipe dirigeante de l’OL), ça se passe ici. Crédit photo : Damien LG Pour commander le nouveau numéro de Planète Lyon, ça se passe ici. Pour s’abonner à Planète Lyon, ça se passe ici. Pour commander les anciens numéros de Planète Lyon, ça se passe ici.

Articlés liés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page

Pour lire cet article en intégralité,
n’hésitez pas à commander le numéro concerné !