.
InterviewMagazine

Jean-François Gomez : “On atteint les limites du truc”

Jean-François Gomez suit l’Olympique lyonnais depuis un quart de siècle pour Le Progrès. Il juge le début de saison compliqué du club.

Etes-vous surpris par le départ difficile de l’OL ?

Jean-François Gomez : Oui, un peu car les deux-trois premiers matchs en août avaient été très encourageants. Même s’il y a eu un grand renouvellement de l’effectif avec le départ de joueurs importants. Un garçon comme Tolisso sauvait par exemple pas mal de situations ; Lacazette, n’en parlons pas…

Est-ce que l’Olympique lyonnais n’a pas non plus trop chamboulé son effectif : 10 départs pour 8 arrivées, on n’avait jamais vu ça !

C’est un changement radical, c’est sûr. Le onze titulaire est ainsi parfois constitué de cinq ou six nouveaux joueurs. Ça fait beaucoup de changements d’un seul coup. Alors, cette situation a été dictée par les circonstances car on savait que l’équipe précédente arrivait un peu en fin de cycle. Et, à l’image de Samuel Umtiti l’année précédente, pas mal de joueurs aspiraient à partir dans des grandes équipes. Ce qui est classique dans un club formateur comme Lyon. Mais c’est le nombre de départs qui pose question. Il y en a peut-être eu trop. Par exemple, Maxime Gonalons aurait été encore utile cette saison, il aurait peut-être simplement fallu lui retirer le brassard qui lui avait coûté beaucoup d’énergie.

Par ailleurs, une fois de plus, le recrutement lyonnais pose question – Diaz, Traoré, Ndombele, Diop, Tete, Mendy… – il n’y a aucune valeur sûre, ce sont presque tous des paris !

C’est vrai qu’on pouvait attendre davantage de joueurs d’expérience. Parmi les recrues, le seul élément vraiment expérimenté, c’est Marcelo. Mais aujourd’hui, de plus en plus de clubs ont cette politique d’achats de jeunes joueurs, à l’image de Monaco, avec l’objectif de générer des revenus via des plus-values sur des transferts futurs. On comprend bien la stratégie de Lyon dans ce domaine… Malgré tout, les recrues sont pas mal cette année. Par exemple, Mariano, on peut dire ce qu’on veut : il a des lacunes techniques, il joue un peu seul mais il a démarré par 6 buts en 8 matchs !

Par contre, un cas pose problème : Memphis Depay. Il a été acheté cher (16 millions d’euros + 9 millions de bonus) avec un statut de vedette. Alors, statistiquement, son bilan est correct (1) mais sur le terrain, il est vraiment insuffisant, non ?

C’est sûr. En plus, il a été effectivement présenté comme une star à son arrivée en janvier 2017, un peu comme l’équivalent d’Alex Morgan chez les hommes. Mais on a été un peu aveuglés par son profil, par le fait qu’il venait de Manchester United, qu’il avait été brillant à la Coupe du monde 2014… Sauf qu’il ne joue pas assez collectif, oublie ses tâches défensives… Alors, peut-être que sa…

Entretien disponible en intégralité dans le numéro 34 de Planète Lyon. Pour commander ce numéro, cliquez sur “Etape Suivante” ci-dessous.

Tags

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close